Ludothèque

Constat : Nous manquons d’espaces intérieurs privilégiant les temps parents/enfants.

Proposition : En favorisant le jeu, les ludothèques aident les enfants à grandir et les parents à vivre des moments privilégiés avec eux. Convivialité, éducation, socialisation et plaisir font le quotidien des ludothèques. Nous créerons donc une ludothèque ouverte aux particuliers, aux écoles dans le cadre des TAP, aux professionnels de la petite enfance, ainsi qu’aux différentes institutions locales.



Rythmes scolaires

Constat : Le gouvernement a décidé de modifier les rythmes scolaires sans réelle concertation avec les différentes parties prenantes. Certaines villes, ayant expérimenté cette réforme mise en place de manière précipitée, n’ont pas eu l’opportunité de l’appliquer dans les meilleures conditions Les rythmes de ces journées vont à l’encontre des aspirations des chronobiologistes..

Proposition : Nous proposons d’accueillir les enfants chaque jour de 8h30 à 11h30 et de 13h30 à 15h45 et de retenir le mercredi matin de 8h30 à 11h30. Le mercredi, les enfants pourront accéder à la restauration scolaire sans obligation de rester au centre de loisirs l’après-midi. Nous maintiendrons les accueils périscolaires chaque jour. Les Temps d’Activités Périscolaires (TAP) seront orientés vers une ouverture culturelle et sportive : choix entre deux activités par pèriode de deux mois. Nous profiterons des TAP pour encourager l’ouverture aux nombreuses cultures qui font la richesse de la ville. Par le biais des associations nouvellement jumelées seront favorisés le « vivre ensemble » et la coopération entre les enfants. Evidemment, les TAP seront gratuits et accessibles à tous. Pour animer les TAP, nous ferons appel aux animateurs déjà en place, à des professionnels de leur discipline et aux personnes souhaitant participer bénévolement. Nous les remercierons pour leur engagement en leur faisant bénéficier d’avantages dans les différents services de la commune (entrées pour des événements festifs au Mas, pour la piscine municipale...) à travers un compte d’heures ou d’une monnaie locale qui leur permettrait d’accéder aux différents équipements municipaux. Ces comptes d’heures pourront être échangés également contre d’autres services. Toute activité sera issue d’un projet commun entre la mairie et les intervenants au même titre que les CEL (Contrat éducatif Local). Toutes ces propositions seront réajustables et remaniables si besoin avec l’aide active de tous les intervenants.



Culture urbaine

Notre ville possède un riche patrimoine : de Willy Denzey (Rn’B), à Yoan Pommier (danseur pro) en passant par Al Primera... La municipalité n’a jamais été à la hauteur de ces talents. Pas de réflexion politique de fond, de valorisation ni de réel soutien.
Constat : Le Chaudron, la salle de concert et de répétition de la MJC, a su malgré un budget restreint, attirer la plupart des musiciens de qualité du sud du département (Son’nambule, Mustard Pimp, KF Club, La Mathilde...) ainsi qu’un public fidèle. Les cultures urbaines méprisées par les services cultures sont gérées par le services jeunesses, qui possède des professionnels compétents.

Proposition : Nous construirons un véritable pôle culture urbaine à vocation départementale, en nous appuyant sur les dynamiques existantes. Il comportera des locaux pour les associations. Nous irons chercher les financements auprès du département, de la région, de l’Etat et de l’Union Européenne.


Constat : Le Festival Choregrafzik a fédéré pendant 10 ans les énergies Hip-Hop. Il s’est arrêté en 2008, faute de moyens et de professionnels compétents pour le coordonner et le dynamiser - Le Mas, pour ses 20 ans, n’a rien programmé en direction des publics jeunes. Les seules manifestations proches des habitants sont portées pas des associations locales - Il y a une fracture culturelle (Métal/Rap) au sein de la jeunesse, qui recoupe souvent une fracture sociale. Rien n’est fait pour que les publics se croisent et s’entre-connaissent.

Proposition : Nous relancerons un festival avec une vision large des Cultures Urbaines (ouverture vers le Métal, Skate, BMX...). Il fera le lien entre nos jeunes artistes et les têtes d’affiches. Nous recruterons un chargé d’action culturelle spécialisé dans les cultures urbaines, qui coordonnera l’action des pouvoirs publics, soutiendra les associations et, bien sur, les Méens.


Constat : Les cultures urbaines se structurent et de nombreux métiers existent ou se créent (coordinateur, chargé de projet, régisseur, manager, graphiste, professeur…). Elles sont un formidable outil d’insertion professionnelle pour la jeunesse qui s’y identifie.

Proposition : Nous organiserons des journées de présentation des professions culturelles et des formations existantes afin d’élargir le champ des possibles de notre jeunesse.


Constat : Certains artistes, laissés à l’abandon, exclus de toute démarche structurante, tiennent parfois des propos exerçant une mauvaise influence sur notre jeunesse. Ces positions sont le reflet de leur environnement. Ils constituent un signal d’alarme inquiétant.

Proposition : Nous organiserons des rencontres citoyennes entre artistes afin de mener une réflexion sur l’influence des artistes sur l’esprit des plus jeunes. Ces rencontres inviteront des têtes d’affiches respectées afin d’accompagner les débats.



Constat : Les peintres urbains, les graffeurs, réalisent de magnifiques peintures chaque semaine, mais dans des terrains vagues abandonnés et invisibles par le public.

Proposition : Nous construirons un Graff-Park intégré au pôle culture urbaine. Il permettra la pratique de cet art dans un lieu adéquat et la rencontre avec les publics. Ce lieu pourra, à terme, comporter des ateliers d’artistes.




Développer et optimiser les usages du Mas

1Exploiter au mieux l'infrastructure du Mas pour la transformer en véritable centre culturel et intellectuel rayonnant sur l'ensemble de l'agglomération.

2Améliorer l'offre de la médiathèque de sorte que celle-ci soit plus en phase avec les exigences des étudiants (agrandissement et aménagement de l'espace adulte, plus de livres, horaires adaptés, mise en place de box de travail).


Le Mas: médiathèque du Mée-sur-Seine


Réussite éducative

1Nous sommes face à de grandes difficultés dans le cadre de la scolarité de nos enfants. L’échec scolaire, la déscolarisation ou simplement les difficultés scolaires sont une réalité dans notre commune. Face à des parents qui peuvent être en difficultés ou dans l’incompréhension, nous proposons la systématisation des relectures de bulletin scolaire à domicile, à l’école ou en mairie, avec l’appui du professeur principal et d’un traducteur si besoin, pour les jeunes rencontrant des grandes difficultés d’apprentissage ou de comportement. Même si ce dispositif existe au sein de l’éducation nationale, du centre social avec le CLAS (Contrat Local d’Accompagnement à la Scolarité) ou à travers le PRE (Programme de Réussite éducative), nous souhaitons marquer notre soutien par un partenariat efficient. Ce partenariat pourrait permettre à ces dispositifs de travailler dans la plus grande des complémentarités et de bénéficier des moyens humains et financiers nécessaires.


Réussite scolaire

2Parce qu’il s’agit d’un chantier très important, nous ferons le nécessaire pour que des personnes, souhaitant s’impliquer bénévolement, puissent œuvrer auprès de ces jeunes. Nous les remercierons pour leur engagement en leur faisant bénéficier d’avantages dans les différents services de la commune (entrées pour des événements festifs au Mas, pour la piscine municipale etc.) à travers un compte d’heures ou d’une « monnaie locale » qui leur permettrait d'accéder aux différents services et équipements municipaux. C’est aussi cela le respect de l’engagement des bénévoles.