Potagers éco-citoyens

Constat : C’est la crise économique et de nombreux habitants ont des soucis financiers. Les légumes riches en nutriments, en vitamines et en goût (Bio) sont chers et donc inaccessibles pour de nombreux foyers. - Notre culture alimentaire est peuplée de fast-food et autres aliments mauvais pour la santé. Nous devons la faire évoluer si nous souhaitons rester en bonne santé. - En tant que résidents urbains, la plupart d’entre nous a perdu le contact avec la terre. La Seine-et-Marne est un département en grande partie agricole, et nous avons la chance d’avoir, à proximité, une culture du terroir et de nombreux maraîchers. - Les multinationales contrôlent la production des semences, la plupart des semences disponibles sur le marché sont stériles car hybrides.
Proposition : Nous développerons des potagers éco-citoyens en mettant à disposition des terrains pour la population. Nous solliciterons des encadrants pour faciliter la pratique. Nous réserverons des parcelles spécialement adaptées aux personnes à mobilité réduite ou en situation de handicap. Les potagers permettront aux habitants de créer des liens intergénérationnels en se retrouvant pour la récolte mais aussi en s’échangeant des conseils de jardinage. Ce projet pourra aussi faciliter la réinsertion et l’emploi en embauchant des Méens pour la fabrication d’abris et éléments de mobilier des potagers. Le surplus de production sera donné aux Restos du Coeur, aux épiceries sociales ou aux associations organisant des maraudes. Nous profiterons du réaménagement des rythmes scolaires afin d’initier nos enfants à l’agriculture dès le plus jeune âge. Nous construirons des petits potagers dans chaque école primaire, et proposerons une activité potager. Ces potagers éco-citoyens valoriserons le cadre de vie, dans un contexte de rénovation urbaine, le respect de l’environnement à travers l’interdiction des pesticides et l’incitation au jardinage bio, ainsi que la promotion du développement durable, à travers la gestion raisonnée des déchets (compost) et la récupération des eaux pluviales.


Gestion de l'eau

Constat : De nombreuses mairies ont privatisé la gestion de l’eau en la déléguant a des multinationales qui ont pour but le profit. Ces contrats courent sur des périodes de cinq à dix ans. Les prix ont augmenté et la qualité du service n’est pas au rendez-vous.
Proposition : Nous préparerons la re-municipalisation de l’eau dès la fin du contrat en cours, afin que la transition s’effectue dans des conditions optimales. Nous renégocierons le contrat en cours afin d’obtenir de meilleurs tarifs.


Santé publique

Constat : S’il y a des vendeurs de produits stupéfiants, c’est qu’il y a des consommateurs. Depuis toujours, les pouvoirs publics ne font que déplacer le problème. Un consommateur de drogues saura toujours comment s’en procurer.
Proposition : Mettre en place des actions de prévention et de sensibilisation en direction du public consommateur, et ce, à proximité immédiate des points de vente connus. Ainsi, notre présence sur le terrain ainsi que l’usage de l’ensemble des moyens de communication (vidéo, tract, presse, magasine local etc.) auront un impact fort.


Constat : La précarité dans certains quartiers de l’agglomération, certains parcours de vie chaotique, entraînent dans leur sillage des personnes fragiles et fragilisées sur le plan psychologique. Nous voyons la recrudescence d’une population plus ou moins jeune, précaire, accumulant les problèmes d’insertion. Des maladies telles que la gale, les troubles psychologiques ou psychiatriques, ainsi que les problèmes dentaires sont le socle des problèmes d’insertion que peuvent rencontrer certaines personnes.
Proposition : Amener un bus dentaire tous les ans au Mée – Proposer un vestiaire solidaire avec des tenues permettant aux jeunes à la recherche d’un emploi de se vêtir correctement pour leur entretien d’embauche ou premiers mois de travail – Prendre en charge, soutenir les personnes précaires souffrant de troubles psychologiques par une permanence hebdomadaire d’un psychothérapeute au sein des mairies de l’agglomération – Informer les consommateurs de psychotropes sur l’impact qu’ont ces produits sur leur santé mentale.



Constat : Certains se permettent d’uriner ou de cracher dans les cages d’escalier ou en pleine rue. Aussi, certains propriétaires de chiens ne ramassent pas les excréments de leurs animaux. Ces incivilités sont inadmissibles.
Proposition : La prévention a ses limites. Lors de tels passages à l’acte, nous n’aurons aucune tolérance et n’hésiterons pas sanctionner ces actes par de lourdes amendes.



Transports

Nous ferons le nécessaire auprès de la Communauté d’Agglomération Melun Val de Seine, pour que le réseau Melibus s’étendent en soirée et le Dimanche.

Nous rétablirons les bus scolaires, notamment pour le retour de la piscine en hiver.




Programme de Rénovation Urbaine (PRU) et communauté d’agglomération

Si les trois principales communes de l’agglomération Melunaise qui bénéficient aujourd’hui du plan ANRU s’étaient mises d’accord pour présenter un dossier commun, porté par la CAMVS, nous aurions pu équilibrer les efforts concernant la politique d’implantation des logements sociaux, de relogement, d’emploi via la clause d’insertion et d’aménagement.

En premier lieu, le Programme de Rénovation Urbaine doit être au bénéfice des habitants de nos quartiers qui doivent y trouver leur compte dans les domaines suivants :

  • Réhabilitation et réfection
  • Sécurisation et calme
  • Plus d’emplois via les clauses d’insertions ou sans
  • Plus d’harmonie
  • Moins de densité de population
  • Autant voir plus de services (Maison médicale, parkings sécurisés etc.)

PRU : Programme de Rénovation Urbaine ( résidence du Circé à gauche et square Albert Schweitzer à droite)

Nous souhaitons la mise en place d’une stratégie territoriale à l’échelle de l’agglomération pour l’aménagement du territoire, le développement économique et le rayonnement culturel de Melun Val de Seine.

Nous lutterons contre les replis communaux et favoriserons la délégation de compétences à la communauté d’agglomération pour qu’il y ait plus de cohérence sur notre bassin de vie.


Mée Plage

1Nous souhaitons pérenniser et développer le dispositif « Mée Plage » en implantant le Service Jeunesse ainsi que les associations d’éducation populaire au cœur du Parc Meckenheim dans un complexe flambant neuf entièrement dédié aux loisirs.


Le Mée plage

2Une Petite salle de Cinéma avec programmation atypique (cultures du monde, films et documentaires éducatifs, grands classiques, soirée café-débat etc.). Pour ce faire, nous pourrions bénéficier des infrastructures et équipements du cinéma « Les Variétés » qui est actuellement porté à bout de bras par la municipalité de Melun.

3Un miroir d’eau avec fontaines jaillissantes.

4Une cafétéria avec terrasse que nous privatiserons (entrée financière non négligeable et création d’emplois).

5Un grand terrain multisports en sable (Volley, Beach foot etc.).

6Une cabine de toilettes autonettoyantes.

7Un point d’eau plus visible et plus pratique.

Ainsi, les différentes infrastructures montées puis démontées chaque année seraient fixes et permettraient aux structures associatives et municipales de les utiliser au service des habitants durant toute l’année avec un grand rush pour le Mée Plage que nous tiendrons deux mois au lieu d’un.

Ce complexe serait basé sur le modèle de la Ferme des jeux de Vaux le Pénil et éviterait d’avoir un espace jeunesse aux Sorbiers, un autre service municipal dédié à la jeunesse à Fenez (club ado) ou d’ouvrir un nouveau pôle jeunesse pour le quartier des Courtilleraies. Nous centraliserions tout sur un même site que les jeunes de tel quartier ou autre ne « privatiseraient » pas, ce qui favorisera la mixité sociale des habitants bénéficiant de ces équipements.